Petite genèse de « La cigogne de fer qui déposa mon frère »

esquisse Lola Roig

esquisse Lola Roig

Je reviens pour parler un peu, comme promis, de la genèse du livre. Cet album, qu´on surnomme déjà entre nous « La cigogne » ou « La cigogne de fer » pour faire plus court avec Lola, est le fruit d’ une série de coups de coeur. Le premier, lointain, non « conscient » initialement,  concerne évidemment l´arrivée de mon frère Yul l´hiver 1982 et est donc dédié également à mes parents qui sont à l´origine de cette belle aventure, mais aussi à mon frère aîné Yann qui l´a vécue avec moi. L´idée d´en faire un livre n´est pas quelque chose qui me trottait dans la tête spécialement d´ailleurs, puisque tel que je le décris dans l´album, toute cette expérience de fraternité « allait de soi », était parfaitement naturelle pour moi pendant très longtemps. Il a fallu sans doute plusieurs événements, certains anodins, d´autres plus importants, pour que je songe à la raconter et la transmettre aux enfants (grands, petits, ou très très grands, ceux qui ont encore des doutes…).

aperçu des premières ébauches du texte

aperçu des premières ébauches du texte

Parmi ces événements, je citerai la remarque d´une amie enfant unique qui me racontait que ses parents avaient songé à l´adoption quand elle était petite, lui en avaient parlé et avaient arrêté net toute démarche quand elle leur avait dit « Ah bon alors moi vous allez me remplacer? » (évidemment les choses devaient être beaucoup plus complexes et je ne pense pas qu´ils aient mis fin à leur envie d´adoption à cause de cette simple phrase enfantine mais ça en dit long sur ce que représente pour les parents de « préparer » le frère ou la soeur à une adoption).

esquisse aéroport Lola Roig

esquisse Lola Roig

Il y a eu aussi la remarque faussement naïve et un rien cruelle d´un proche de la famille, pré-ado, qui, « pour rire » et sans penser à mal certes, alors que nous évoquions un souvenir d´enfance, nous a dit  : « Ah ça, c´était avant que vos parents achètent Yul, non ? ». Autant dire que ce jour-ci j´ai sauté au plafond et j´ai eu du mal à en redescendre tout-de-suite…Cela m´a ramenée à plusieurs souvenirs au sortir de l´enfance, notamment un après-midi où des copains remettaient en cause la filiation biologique entre nous deux (les « grands ») et notre petit frère « Mais c´est pas vraiment votre frère… ». Notre dissemblance étant évidente, il n´y avait rien à dire sur nos origines distinctes mais le fait même de souligner cette différence m´avait semblé absurde, je me souviens assez précisément de ma sensation de ne pas comprendre leur intention. En fait, l´idée qu´ils puissent remettre en cause que l´on soit frères et sœur m´avait paru tout simplement inappropriée et choquante. Car ça ne nous avait jamais traversé l´esprit ! Notre frère, malgré ses yeux bridés, n´était jamais pour nous une « pièce rapportée » qui dénotait dans l´univers familial aux origines angevines et bretonnes, c´était notre frère à part entière !

esquisse 1 "madres" Lola Roig

esquisse Lola Roig

Il y a eu aussi, beaucoup plus tard, mon séjour d´un an en Chine et la visite de Yul là où je travaillais et la mine ahurie de mes collègues chinois quand je leur disais « je vous présente mon frère »…Il y a eu les voyages de mon frère dans son pays natal, la Corée, sa discrétion quant aux démarches qu´il entreprenait pour retrouver la trace de ses origines et un cadeau très symbolique qu´il avait fait à maman pour la fête des mères : le film Une vie toute neuve d´Ounie Lecomte, enfant adoptive aussi, qui racontait son histoire. Il y a eu également le séjour de trois mois de mon père là-bas, sa rencontre notamment avec un autre enfant adoptif du pays et ce qu´il disait de la réaction de rejet des Coréens face à ces « enfants-là ». Il y a eu quelques confidences de Ma Yang, la copine chinoise que mon frère avait eue et avec qui j´avais habité en Chine, qui m´avait permis d´approcher en transversale (un biais tout oriental) une part de mon frère et m´avait fait réaliser ce que la pudeur nous fait taire. Et c´est peut-être cette même pudeur, le fait de ne jamais dévoiler nos sentiments et surtout de les exprimer ouvertement, qui m´a fait écrire « La cigogne… », pour dire en filigrane à ce frère venu d´ailleurs à quel point il m´était proche, et cher.

Il y a eu enfin et surtout le fait de vivre à travers mon corps la maternité et ce

esquisse 2 "madres" Lola Roig

esquisse 2 « madres » Lola Roig

chamboulement qui vous fait réfléchir aux origines, aux premières années de la vie, à l´inconscient, à notre filiation…et les expériences d´amis ou de proches qui adoptaient ou envisageaient de le faire. Les débats de société enfin sur la famille, les confidences ou les expériences d´ami(e)s homosexuel(le)s sur ces questions et sur les désirs de paternité ou maternité. La question toute bête finalement, « Qu´est-ce qu´une famille ? ».

Au moment où l´histoire est « sortie de ma plume » un matin, j´étais en tout cas affairée à d´autres histoires et projets, qui ne traitaient pas du tout de cette question. Tout est revenu d´un coup. Je me suis replongée dans les souvenirs de ce matin-là, où nous étions aller chercher notre frère à l´aéroport (parce que c´était vraiment là où se situait « la grande aventure » pour nous !) et hop ! Tout a afflué…Je pense que je voulais aussi trouver une façon de raconter ce pan de notre histoire à ma fille, le jour venu. J´avais envie de partager ces souvenirs en tout cas. Et je trouvais intéressant de donner à lire aussi cette vision d´une petite fille qui n´est pas du tout prise dans les questionnements et tourments de l´adoption (le chemin des parents) ni dans ce tourbillon de questions et de manques sur ses origines (l´enfant adoptif, mon frère…). Tout ceci, moi, m´est venu beaucoup plus tard. J´avais envie de me replonger dans ce bain d´innocence et cette immense capacité d´ouverture et de tolérance que l´on a – je dirais « naturellement » – enfant. Au moment où j´ai écrit le manuscrit, il n´y avait pas encore en France ce vent de rage et d´intolérance envers les familles différentes (pas les adoptives « classiques » mais d´autres configurations qui choquaient certains) et qui m´avait ensuite interloquée ; du coup, quand ce fut le cas, le texte prit pour moi une autre dimension, une ampleur plus vaste. Parler de cet immense potentiel qu´ont les enfants à accepter les choses telles qu´elles sont ou telles qu´elles viennent du moment que celles-ci soient portées par l´amour et le respect, c´est une forme de revendication pour défendre tous ceux et toutes celles qui désirent vivre sans préjugés ni conditionnements.

esquisse manège Lola Roig

esquisse manège Lola Roig

Bref, tous ces cheminements concernent la conception « subconsciente » puis consciente du texte. Ensuite il y a eu les coups de coeur liés aux rencontres, qui ont permis au manuscrit de faire un joli bout de chemin. Le couple et binôme auteure/illustrateur Meritxell Martí – Xavier Salomó d´abord. Je les ai eus tous deux comme étudiants et, comme il se passe fréquemment quand on enseigne à des adultes et qu´on sent que le courant passe immédiatement, la relation dépasse vite le cadre pédagogique et on est très rapidement devenus amis. On parlait livres, voyages, langues, cultures, dessin…et un jour où on faisait sauter des crêpes chez moi pour la Chandeleur, je leur ai confié que j´avais un texte terminé peu de temps avant que je n´avais pas envie d´envoyer comme ça aux éditeurs sans savoir qui l´illustrerait ; Meritxell s´est immédiatement écriée « Ah mais dans un atelier que j´ai animé il y a peu, j´ai rencontré une illustratrice qui m´a dit qu´elle désirait aussi « trouver un/e auteur/e » ! Il faut que je vous mette en contact ! ».

ébauches 2 manuscrit

ébauches 2 manuscrit

Elle me donna l´adresse du site de Lola (Roig) et hop ! 3ème coup de coeur. J´ai tout-de-suite accroché avec ses dessins poétiques et fins, subtils, d´une délicatesse vraiment sensible et extrêmement personnelle. Il y avait quelque chose de mystérieux et que je trouvais aussi très « oriental » bizarrement. Pas seulement dans les traits de ses personnages, où les yeux sont en effet souvent un peu bridés mais dans l´espace et la respiration de ses illustrations, le maniement du vide et du plein. Il y avait aussi quelque chose qui n´avait rien de consensuel, qui allait très loin dans l´imaginaire. Ça m´a tout-de-suite plu et je lui ai envoyé le manuscrit. Elle m´a répondu peu après et là, flèche dans le coeur, Cupidon artistique un matin de février, elle acceptait avec plaisir d´illustrer l´histoire de Young, elle me disait avoir beaucoup aimé le texte, ce « regard » personnel sur l´adoption.

esquisse jeux Lola Roig

esquisse jeux Lola Roig

Il y eut une rencontre pour se connaître et en parler, beaucoup d´échanges mails, d´ autres rendez-vous pour voir les premières esquisses puis suivre l´évolution du projet et l´enrichir par tout ce qu´on désirait y mettre et qui nous venait naturellement au cours des mois de gestation. Il y a eu une interruption aussi car Lola avait reçu une commande mais pour moi il n´y avait pas d´empressement. Nous étions toutes les deux prises dans nos rythmes de travail aussi et il fallait jongler. J´ai vraiment apprécié ce travail en tandem, par tout ce qu´il m´a appris aussi de l´univers de l´illustration, tel que Lola le conçoit en tout cas, et nous concordions toujours sur les illustrateurs ou les albums qui nous plaisaient. J´avais pourtant été en contact assez étroit avec « des gens du dessin » dans le passé (ayant notamment été en couple avec un dessinateur de BD) mais là c´était vraiment différent. Lola ne transcrit pas en images ce que le texte raconte, elle va bien au-delà. Elle en fait sa propre lecture et l´interprète. Elle s´inspire aussi de mille petits détails ou anecdotes que je pouvais lui raconter et qui ne figurent à aucun moment dans le texte (les jeux de mon frère quand on était à l´école, d´autres souvenirs…). Si bien qu´au moment où je retouchais le texte pour l´épurer, on est entrés dans une phase de dialogue texte/images qui était vraiment enrichissante. J´enlevais des parties descriptives que portaient les illustrations, on se faisait écho mutuellement. Lola m´a vite proposé de choisir l´avion comme fil conducteur tout au long de l´album, ce qui m´a beaucoup plu puisque c´était le point de départ de l´histoire, et on jouait là-dessus. Il y a des références secrètes aux avions de fer du manège de Petit Pierre, notre école au nom d´astronaute a été rebaptisée par celui de Saint-Exupéry…On s´amusait, le projet évoluait. Ça a été une très belle expérience.

esquisse nuit Lola Roig

esquisse nuit Lola Roig

Nous concordions aussi sur les maisons d´édition, au moment (long et délicat !) où nous épluchions page web par page web celles à qui nous pourrions envoyer la maquette. Il y a eu Bologne (où Lola est allée seule et qui l´a un peu frustrée car très commercial et peu artistique), puis Montreuil avec de belles rencontres et quelques judicieux conseils. Deux maisons qui furent intéressées et hésitèrent…Et puis finalement, l´heureuse surprise arriva peu après, au tout début de l´année : ZoOm, qui faisait partie d´une des premières maisons à laquelle nous avions songé car leur philosophie et leur catalogue nous plaisaient beaucoup, nous envoyait un joli mail succinct en nous demandant si le projet était encore libre. 4ème coup de coeur ! L´histoire de Young était adoptée. Et le résultat neuf mois plus tard nous comble entièrement. À nous à présent d´assurer une longue et belle vie à La cigogne… en souhaitant que son passage dans les maisons réchauffent le coeur à de nombreux parents, grand-parents, frères, soeurs, cousin(e)s, neveux et nièces… et livrent aux enfants quelques secrets sur les origines multiples des familles et l´horizon immense et ouvert de « tous les coeurs qui gonflent ».

la carte postale présentation du projet, dessin Lola Roig

la carte postale présentation du projet, dessin Lola Roig

P.S : Merci à Lola d´avoir bien voulu partager ses esquisses dans cet article. Petit aperçu de l´évolution du travail…;-)

Publicités
Cet article, publié dans Album, Article, Catalogne, France, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s