Porte sans clef

“La porte la mieux fermée est celle qu’on peut laisser ouverte”

Proverbe chinois

 

Un charbon accroché à ta porte

Je frappe contre le bois pourpre

Fissures brunes striant ta frontière

J´enfonce mon regard dans l’une d’elles

Et je patiente

Nul pas derrière ta porte

Seul l’écho de mes coups

Sourds

Et ta fleur ébouriffée se moque

De mon attente

La plaine s’étale et puis s’arrête

Contre cet obstacle de verticale

Sévérité

Le pin coloré offre sa chaleur

A ma joue gauche, à mon oreille

Attentive

L’heure se remplit d’absence

A mesure que j’écoute

Le silence

A mesure que s’égoutte

L’impatience

Traînant le vide et l’ailleurs

Ayant déserté toutes les cartes

Une musique résonne et épelle ses chansons

« Rien qui ne sache mieux que lui s’absenter »

 

Un soleil desséché accroché à ton cœur

Je frappe contre ses rayons sans lumière

Fissures de dorure oubliée striant ton passé

Et j´enfonce mon regard dans cette faille

Pour la coudre

Me résoudre

Enfin

A ouvrir cette porte

Publicités
Cet article, publié dans Chine : À mille lieu(e)x de quoi ?, Poèmes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s