Déserts

Mouvement d´horizons

De granit et d´opium

Suspendus à la lumière

L´envie rotonde

Ronge sa bulle

Féconde

La lune même

Abandonne sa veille

Ronge l´encre

S’engouffre dans un sable

Qui ignore jusqu´au goût de la mer

Je tourne, regarde l’heure

« 23 heures, heure de Beijing*

21 heures, heure du Xinjiang »

Une carriole passe

Ignorant les crevasses

Et j´imagine celles de la main

Rugueuse de l´homme

Qui fend sous mes yeux la pastèque

Des chevaux s´évertuent à écarquiller

La terre sèche dans des sursauts de vent

Le soleil dore

Et je sonde

L´enchantement

Grain par grain

En triant

Les rayons

Courbes paresseuses au déhanché net

Les bras et les jambes

S´écartèlent autour d’un destin circulaire

Au cœur de l’immensité

S´engouffrent

Grain par grain

Nos velléités

Vaste Etoile de mer

Echouée

Sur le sable de l’humanité

*Beijing = Pékin

Publicités
Cet article, publié dans Chine : À mille lieu(e)x de quoi ?, Poèmes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s