Offrande amère

Offrande sournoise

Gratte

Sans scrupules

Et jusqu’aux recoins

Le doute en fleurs

La peur tarie

Cernée par tes projecteurs

Quand – à l’heure du déjeuner –

Tu viens couper l’appétit

A la petite,

Et aux autres

Offrande narquoise

A laquelle il faudrait ajouter

Sans virgules

Et jusqu’à en oublier les points

La violence en herbe

Les heures les plus sombres

Des flèches arides

Et la tienne, qui me vise,

pactise

Je ne la romps

Que pour lécher mon sang

Et le trouver amer

 

Publicités
Cet article, publié dans Chine : À mille lieu(e)x de quoi ?, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s