Inconditionnelle plus qu´imparfaite

L´escalade des trous noirs

M’abrite de ses ombres creuses

Tressaille, Canaille

Tricote des heures sur un tableau

Qui siffle, suinte, scintille

D´encres Bleu

Berbère

L’angle mort du désir

Et l´absinthe vive

S´entêtent d´absence

Sur le cadran ensommeillé

Dégrafer la peur

Carcasse qui cisaille, tressaille

Encore

Je capitule

Point virgule

Et m´entête sur le désir

Désenclavé, ancre Bleu

Délavé, levée

Déclame, confond, pardonne

Le soleil d´amphore

Luit sur le lac frontière

L´alliance sur les doigts

Du Yunnan, du Sichuan

Effarouchement

Du temps qui demeure

Sur l´écran vif des réels

Repartir vers les soleils

Sans ombre

Inconditionnelle

Des lendemains de rails

Qui s´épouvantent sous les herbes

Plus qu´imparfaite

Berceuse de ferraille

Chantonne les refrains

De cette Terre qui s´étale

Se réveille sous la pluie

Exhale Absorbe Renouvelle

Par tous les temps

Des pupilles à la soif

Jamais Ô non jamais

Etanchée

Publicités
Cet article, publié dans Chine : À mille lieu(e)x de quoi ?, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s